Je suis le compagnon 
Du pauvre bûcheron.

Je le suis en automne
Au vent des premiers froids ;
Et c'est moi qui lui donne
Le dernier chant des bois.

Mais quand vient la gelée,
Je frappe à son carreau,
"Il n'est plus de feuillée,
Prends pitié de l'oiseau.

C'est ton ami d'automne
Qui revient près de toi.
Le ciel, tout m'abandonne !
Bûcheron, ouvre-moi !

Qu'en ce temps de disette,
Le petit voyageur,
Régalé d'une miette,
S'endorme à ta chaleur !"

Je suis le compagnon
Du pauvre bûcheron.

MICHELET


RG4

Rouge-gorge


Tu volais trop près de sa forge,

Ce rouge ardent te fascinait,
Ca t'a brûlé un peu la gorge
Mais n'a pas coupé ton sifflet.

Tu sais toujours rouler les airs,
Pousser les trilles et les puite ! puite !
Comme un feu follet qui crépite,
Quand on pénètre dans ton aire.

Tu voulais entendre l'enclume,
Voir Vulcain qui tonitruait.
Depuis, un petit feu s'allume
A chaque fois que tu parais.

 
Louise Duty

 

RG copie